11ème Edition
Assemblée Générale et assises du MEDS : La bonne gouvernance en sujet d’introspection transversale PDF Imprimer Envoyer

Ouverte par Abdoulaye Balde, le Ministre d’Etat, Ministre des Mines, de l’Industrie, de l’Agro Industrie et des PME , l’assemblée Générale du Mouvement des entreprises du Sénégal (MEDS) dirigé par Mbagnick Diop, s’est tenue le weekend dernier au Méridien Président., suivie de ses assises.
Des centaines de participants (pouvoir public, acteurs du secteur  prive,  représentants de la société civile et étudiants) ont discuté de l’impact de la qualité des  gouvernances sur  notre économie.

Le renouvellement du bureau du mouvement, réunis autour de Mbagnick Diop le patron du MEDS, ainsi que ses Assises, se sont déroulés en présence de Mme Seynabou Ly Mbacké, le Ministre de l’Entreprenariat Féminin et de la Micro-finance, Mme Néné Mboup Dieng Directeur de Cabinet représentant le Ministre d’Etat ministre des Finances Abdoulaye DIOP.

 

La bonne gouvernance au menu des acteurs.

Comme souligné dans son discours par Mbangick Diop le président du mouvement patronal, le MEDS lors  des éditions précédentes, avait invité les acteurs à  discuter des  questions diverses variées tournant toujours autour de la vie socio-économique du pays et du continent, et les conclusions qui étaient issues ont permis d`améliorer fortement la situation de l`entreprise et, partant, de l’économie  sénégalaise. Mais pour son président, si par le passé, on considérait la disponibilité de ressources matérielles comme la base de la performance économique, il est aujourd`hui de plus en plus admis que la qualité de  la gouvernance a une incidence sur l`efficacité de nos actions, raison du choix de ce thème.

Pour sa pertinence, pour Amath Soumaré, son représentant à Paris et dans la Diaspora, c’est parce que « La force du MEDS réside dans sa flexibilité et sa grande capacité d`adaptation  avec les différents  environnements actuels. »

Campant le pourquoi du thème choisi « Quelle gouvernance pour une économie émergente ?»,  Mbagnick Diop a appelé tous  les acteurs à  faire une introspection afin d’examiner,   sans complaisance,  l’état de la gouvernance dans notre pays. La pierre n’est pas seulement dans le jardin de l’Etat.

Car selon lui « cet exercice doit impliquer tous les acteurs sociaux, économiques de notre pays pouvoirs  publics, chefs d’entreprises, secteur sé, organisations professionnelles et patronales, syndicats de travailleurs, société civile… »

Le Diagnostic de l’Entreprise et de l’environnement des affaires

Les assises donnent également, chaque année, le prétexte de dresser la situation de l’entreprise et le diagnostic de l’environnement des affaires dans notre pays. C’est d’ailleurs pourquoi le président du MEDS s’est longtemps appesanti sur la crise énergétique qui depuis des années impacte négative la
vie socioéconomique du pays.

Dans un discours aux allures de diagnostic, il a aussi mis en exergue les plus grandes difficultés auxquelles font face l’économie sénégalaise mais plus particulièrement les PME/PMI.

Il s’agir surtout de la faible implication du système bancaire dans le financement de l’économie qui ne participe qu’à hauteur d’environ 20% au financement du produit intérieur (PIB), du faible accès à marches publiques des PME/PMI, de la complexité du régime fiscal, mais aussi de la rigidité de la marche du travail, de l’inadéquation Formation/Emploi.

Reconnaissant la pertinence du thème, le Ministre d’Etat, Ministre des Mines, de l’Industrie, de l’Agro Industrie et des PME a souligné «qu’en Afrique comme ailleurs, des pays extrêmement riches, dotés de ressources immenses par la nature vivement malheureusement avec des citoyens cependant  extrêmement pauvres, du faits d’une gouvernance calamiteuse et insouciante. »

L’influence de la qualité de la gouvernance


C’est pourquoi  aucun aspect  qui intéresse  l’entreprise ne sera négligé,  car  l’ambition du Sénégal, est de faire du Sénégal le premier réformateur de notre Région et de le faire figurer dans le TOP 10 Africain du prochain classement du Doing  Businesse.

Saluant  à travers le MEDS, le monde de l’entreprise qui joue un rôle prééminent  dans le développement de notre pays, il a aussi ajouté avoir  toujours considéré le Secteur privé et l’Entreprise comme étant les moteurs du développement de toute nation.

« Nous le savons, le rythme de la croissance économique et la transformation quantitative de la société dépendent en grande partie, de la qualité de la Gouvernance. » a-t-il ajouté.

En remerciant les acteurs socio-économiques venus répondre massivement présent, Mbagnick diop le patron du MEDS s’est félicité de la partition étatique.

« La présence aussi parmi nous, de Madame le Ministre de l’Entreprenariat  Féminin  et de la Micro- finance, Mme Seynabou  Ly  MBACKE, amie du MEDS et celle de Mme Néné Mboup Dieng, représentant le ministre d’Etat Abdoulaye Diop,  est pour nous un motif supplémentaire d’encouragement. » A-t-il dit.

Fara Michel Dièye