BIRIMA MANGARA-MINISTRE DELEGUE CHARGE DU BUDGET «Avec le Fogacim, le Mdes pose un acte majeur et historique PDF Imprimer Envoyer

Le Ministre du Budget Birima Mangara

Le Mouvement des entreprises du Sénégal innove et cela, le gouvernement le note et l’en félicite. A la place des récriminations des autres regroupements patronaux, le Meds propose des idées novatrices qui permettent à l’entreprise sénégalaise, surtout aux Pme d’aller de l’avant et de contourner l’éternel problème de garantie. Le Fonds de garantie du cercle des investisseurs du Meds est né.


 

Une première  dans l’histoire du Sénégal, magnifie le ministre en charge du Budget. Le Fogacim, convention signée avec la Bnde, permet aujourd’hui l’audace de faire de la banque autrement. Un exemple à suivre.

«Pour la première fois, dans l’histoire de notre pays, une frange importante du secteur privé, le Meds, décide de se doter des moyens de prendre en charge son propre destin pour assurer le développement et la pérennité de ses activités». Ces paroles sont du ministre délégué en charge du Budget, selon qui, le Mouvement des entreprises du Sénégal (Meds), en décidant de mettre en place son propre fonds de garantie, pose un acte à la fois majeur et historique. Parce que, argue-t-il, dans le monde actuel, marqué par la connectivité, la vitesse et la réduction du temps, «il faut toujours de l’audace et un esprit de créativité, pour trouver des réponses appropriées à la complexité des problèmes qui nous interpellent». Et avec le Fonds de garantie du cercle des investisseurs (Fogacim), le Meds a réussi le pari d’apporter des réponses qui font preuve d’une grande responsabilité et d’un formidable esprit d’initiative. Ce qui vise à accompagner «ses entreprises et faire sauter l’obstacle de la garantie, parfois insurmontable qui rend difficile l’accès au crédit», soutient le ministre. Avant d’ajouter que «le gouvernement félicite le Meds et salue sa culture d’innovation… qui est assurément une force de propositions et un réservoir d’idées». Birima Mangara rappelle que le gouvernement apprécie hautement l’initiative du Meds de mettre en place son propre fonds de garantie pour soutenir ses entreprises. D’ailleurs, estime-t-il, cette initiative participe au renforcement de l’action que mène déjà le gouvernement en faveur du monde économique. Fort de ce constat plaisant à l’émergence économique, il relaie le soutien que le gouvernement accorde à cet instrument précieux à même  de servir à l’épanouissement de nos entreprises.

Faire de la banque autrement

Signataire de la convention Fogacim estimée entre 500 millions et 1 milliard de FCFA, la Banque nationale pour le développement économique (Bnde) salue l’initiative du Meds, d’avis que la mise sur pied de ce fonds offre l’opportunité d’innover dans un partenariat original. Et cette convention, selon le directeur général de la Bnde, au-delà d’être un acte fort, va permettre d’accompagner les besoins de financement des Pme qui sont dans le cercle du Meds. Pour Thierno Seydou Nourou Sy, le Fogacim répond au besoin le plus important pour les Pme qu’est l’exploitation. En effet, hormis l’utilité d’avoir des financements, il rappelle que les Pme veulent accéder aux marchés publics ainsi que privés, pour participer au Plan Sénégal émergent. Et le creuset d’idées nouvelles, pionnier de l’innovation qu’est le Meds, ne manquera pas d’appeler les autres acteurs du secteur privé à s’inspirer de ce modèle. «Les acteurs financiers sont appelés à être innovants et à avoir de l’audace», argue-t-il, expliquant que la Bnde qui veut faire de la banque autrement,  est confortée par l’acte posé dans le cadre la convention avec le Fogacim. Sans oublier, selon Thierno Seydou Nourou Sy, «de pouvoir cibler l’accompagnement des Pme dans les secteurs stratégiques que sont l’agrobusiness, le tourisme, les mines, etc.»

Christine MENDY