Discours de M. Moussa SAKHO - Ministre de la Formation Professionnelle - Atelier Training 2011 PDF Imprimer Envoyer
  • Monsieur le Président du MEDS
  • Monsieur le Directeur du CESAG
  • Mesdames, Messieurs les Directeurs Nationaux et Hauts Fonctionnaires
  • Mesdames, Messieurs les Chefs d’Entreprises
  • Mesdames, messieurs les Experts, Universitaires et Formateurs
  • Mesdames, Messieurs,
  • Chers jeunes

Vous devinez, assurément, le plaisir que j’éprouve, en me retrouvant, à nouveau, parmi vous à l’occasion de cette  cérémonie solennelle d’ouverture de  l`atelier training préparatoire de la 11ème édition du Forum du  1er Emploi.

Mon plaisir est d’autant plus grand que cet événement organisé par le Mouvement des Entreprises du Sénégal (MEDS), chaque année,  est devenu un moment fort dans la vie de la Nation. Il est devenu en effet le plus grand rassemblement de jeunes de notre pays, à la recherche légitime d’une première expérience professionnelle.

Le pays, en entier, est attentif à cet événement, résultat de l’imagination féconde du MEDS et expression éclatante de la générosité de ses membres.

C’est pourquoi, mon département s’enorgueillit d’être associé, depuis quelques années, à ce moment qui constitue une période d’espoir pour  les jeunes, notamment ceux diplômés de nos écoles et instituts.

Mesdames, Messieurs

 

Le Gouvernement de la République du Sénégal, dans sa politique de développement économique et social, accorde une grande place à l’éducation et à la formation des jeunes.

La priorité que nous accordons à ce secteur traduit la claire conscience des pouvoirs publics que, à notre époque, marquée par le développement vertigineux des sciences et de la technologie, le progrès social repose, avant tout, sur le savoir et la qualité de la formation des hommes.

La ressource humaine et l’efficacité dans l’organisation sociale sont devenues des éléments déterminants de la croissance économique.

Dans ce contexte, notre pays, dans sa politique d’éducation, a conféré une place nouvelle à l’enseignement technique et à la formation professionnelle.

En effet, à côté des moyens substantiels attribués à ce secteur, une réflexion approfondie est menée, ces derniers temps, pour mieux définir les filières de formation et améliorer les contenus des enseignements.

Cette action entreprise, en collaboration avec le secteur privé, a permis de mieux cerner les besoins de l’entreprise et d’adapter les programmes dispensés dans nos écoles et établissements.

A cet égard, il convient de souligner, qu’à partir de la demande du secteur de la production, mon Département, en partenariat avec l’Agence Française de Développement (AFD),  entreprend d’ouvrir des centres  de formation pour les métiers portuaires, les spécialités de l’agro- alimentaire et les métiers du BTP.

Les nouvelles disciplines et les nouveaux métiers sont ainsi mieux pris en compte dans les cursus qui doivent régulièrement évoluer pour répondre aux attentes de l’économie.

Tous ces efforts faits par le Gouvernement ne visent qu’un objectif, celui d’une meilleure employabilité des jeunes, c'est-à-dire un accroissement de leur aptitude à trouver un débouché sur le marché du travail.

Mesdames, Messieurs

Le Gouvernement reste attentif à ce que fait le MEDS et apporte tout son appui au concept du Forum du 1er Emploi qui est, assurément, une initiative originale, venue à son heure, pour s’attaquer au chômage, ce fléau des temps modernes qui affecte nos populations, surtout les jeunes, et gangrène la société.

Ce forum qui permet, l’espace de quelques jours, un contact direct entre l’offre et la demande, constitue une passerelle, un pont entre l’école et le monde du travail.

C’est en cela que mon département remercie et félicite le MEDS qui prolonge ainsi l’action de l’Etat, l’amplifie, en essayant de lui donner un sens et une finalité car, comme vous le savez, l’objectif de toute formation, est d’acquérir une aptitude à l’emploi.

J’ai noté avec satisfaction, que les dernières éditions du Forum  du 1er Emploi ont mis l’accent sur l’auto – emploi.

A ce propos, je voudrais dire que vous consolidez là un chapitre pertinent de votre action qui revêt une grande pertinence.

En effet, nous convenons tous aujourd’hui qu’il n’est plus possible, grâce au seul emploi salarié, de faire face au chômage des jeunes.

Tout le monde est d’accord que la Fonction Publique malgré tous les sacrifices consentis par l’Etat  ces dernières années pour recruter 15 000 jeunes, ne peut plus accueillir tous les diplômés.

Le secteur privé, non plus, malgré son dynamisme, ne peut pas ouvrir suffisamment de postes pour absorber le chômage.

Il reste donc d’explorer l’auto – emploi en développant les moyens d’assistance et d’appui aux jeunes, porteurs de projets, qui veulent s’investir dans l’entreprenariat privé.

Nous devons convaincre les jeunes que la meilleure garantie de l’emploi, c’est d’être son propre employeur.

Nous devons également nous convaincre que nul n’est assez pauvre pour ne pas pouvoir investir dans une activité économique.

Je profite de cette tribune pour  inviter les institutions de promotion de l’auto – emploi, les structures de micro – finance à joindre leurs efforts à ceux du MEDS afin d’aider les jeunes à mettre en place leurs propres projets.

Le combat pour l’insertion des jeunes, contre le chômage, ne doit négliger aucune piste, ni aucune possibilité.

Mesdames, Messieurs

J’ose espérer que les centaines de jeunes présents dans cette salle, au lendemain du Forum du 1er Emploi, prévu les 12 et 13 décembre 2011, afficheront le sourire parce qu’ayant décroché un contrat de travail.

 

Je vous remercie de votre attention.